Petit-Rocher, le 27 février 2014 – L'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) dénonce avec vigueur les commentaires du maire de Fredericton et président de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), Brad Woodside, qui remet en question l'existence de la dualité en éducation et les droits à l'égard de la gestion des institutions de santé au Nouveau-Brunswick. L'AFMNB demande au maire Woodside de se rétracter et à la FCM de se dissocier des propos de son président.

Pour le président de l'AFMNB et maire de Richibucto, il est difficilement concevable que le maire de la capitale de notre province officiellement bilingue veuille rouvrir le débat des droits linguistiques chèrement acquis et enchâssés dans la Constitution canadienne. « J'ai été, à la fois, étonné et choqué lorsque j'ai appris la teneur des propos du maire Woodside. C'est à la fois inacceptable et irresponsable de sa part. En sa qualité de maire qui occupe cette fonction depuis de nombreuses années, il ne peut ignorer l'histoire et les raisons qui justifient la création de la dualité en éducation et en santé. À titre de président de la FCM, qui est une organisation bilingue représentant des municipalités francophones et anglophones de partout au pays, il a le devoir moral de défendre les droits linguistiques des deux communautés de langues officielles. M. Woodside a failli à cette tâche hier soir. Nous lui demandons de faire amende honorable et de se rétracter. S'il refuse de le faire, la FCM doit se dissocier des propos de son président actuel et réaffirmer son appui aux droits linguistiques qui constituent une pierre d'assise du contrat social qui nous unit ».

L'AFMNB estime qu'il est extrêmement dangereux d'alimenter cette ligne de pensée qui tend à blâmer les francophones pour les problèmes économiques de la province, et ce, encore plus dans le contexte de révision des programmes menée actuellement à l'échelle provinciale. « C'est irresponsable de la part du maire Woodside de jeter de l'huile sur le feu et de faire des commentaires qui ne servent qu'à identifier un bouc émissaire. De tels amalgames, ne servent qu'à nourrir ce discours d'une infime minorité de la population de notre province qui ne veut pas reconnaitre nos droits en tant que communauté acadienne et francophone », a affirmé le président Doiron.

L'AFMNB réitère son appui au gouvernement provincial qui a entamé un exercice sérieux et déterminant pour l'avenir de notre province. La révision stratégique des programmes doit être une occasion d'avoir un dialogue sérieux et ouvert pour trouver des pistes de solutions qui permettront de ramener les finances publiques dans le droit chemin. L'Association est également rassurée par les propos du ministre responsable, l'Hon. Victor Boudreau, qui a rappelé qu'il n'était pas question de toucher aux acquis linguistiques. « Une telle révision ne doit pas ce faire sur le dos des minorités et des plus vulnérables » a conclu Roger Doiron.

À propos de l'AFMNB

L'AFMNB regroupe 53 municipalités francophones et bilingues, réparties dans cinq grandes régions qui s'étendent du Nord-Ouest au Sud-Est de la province. Nos municipalités membres représentent plus de 280 000 personnes, soit plus du tiers de la population du Nouveau-Brunswick.


-30-

Renseignements :

Frédérick Dion
Directeur général
AFMNB
Tél.:(506) 542-2622
Cellulaire : (506) 547-5252
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Partenaires

Partenaire PRIVILÉGIÉ

Roy Consultants

Partenaires gouvernementaux

canadaNB    
  Fier detre membre de la fcm
  SQRC COUL