Petit-Rocher, le 29 novembre 2016 — À l’issue de quatre jours de rencontres sur la colline du Parlement qui se sont déroulées du 22 au 25 novembre, le Président de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) et maire de Petit-Rocher, Luc Desjardins dit avoir reçu un appui solide des parlementaires de tous les partis politiques à l’égard des priorités locales en matière d’infrastructure.

« Le plan d’infrastructure du gouvernement fédéral constitue une occasion sans précédent de renforcer nos collectivités de la province, puisqu’il favorisera la création d’emplois de qualité, la mise en œuvre de projets verts innovateurs, l’amélioration des routes et des ponts, ainsi que la construction de logements abordables. Mais, pour que toutes ces possibilités puissent se concrétiser, Ottawa doit maintenant établir des modalités de financement appropriées. La formule selon laquelle le fédéral contribue 50% au financement des projets, à l’instar du programme d’eau potables et de traitement des eaux usées, devrait notamment s’étendre à l’ensemble des programmes d’infrastructures à coûts partagés », a déclaré Luc Desjardins.

M. Desjardins s’est joint à une délégation de quelque 100 leaders municipaux de toutes les régions du Canada dirigée par la Fédération canadienne des municipalités (FCM). Il a participé aux séances en groupe qui ont eu lieu avec le ministre des Finances, le ministre de l’Infrastructure, ainsi qu’avec les chefs du Parti conservateur et du Nouveau Parti démocratique. M. Desjardins a également rencontré 7 députés fédéraux néo-brunswickois dont Ginette Petitpas-Taylor et Serge Cormier, ainsi que le Ministre des Pêches et Océans et député de Beauséjour, Dominic Leblanc.

Des priorités locales comme l’adaptation des programmes d’infrastructures aux réalités des régions rurales ont occupé une place importante dans les discussions. Par exemple, il a été question du financement pour encourager des projets de transport collectif en régions rurales, qui vivent des défis de transports différents mais non moins importants que les régions urbaines.

La conception de la phase 2 de ce plan d’infrastructure fédéral historique a été discutée. Les leaders locaux, qui sont les mieux placés pour connaître les besoins de leurs collectivités respectives, ont indiqué que cette 2e phase devrait se fonder sur des allocations de fonds à long terme qui aideront les collectivités à planifier leurs projets et à fournir des résultats.

« Nous avons entendu des points de vue de toutes sortes sur la colline du Parlement, mais la majorité des parlementaires conviennent qu’il est essentiel pour la réussite de la phase 2 de mettre des outils entre les mains des dirigeants locaux. Si Ottawa parvient à établir des modalités appropriées en ce sens, nous allons être en mesure d’améliorer la qualité de vie du Nouveau-Brunswick au cours des années à venir », a déclaré M. Desjardins.

M. Desjardins a souligné que le mode de partage des coûts avec les gouvernements fédéral et provinciaux devait également être modernisé, pour que la mise en œuvre des projets ne soit pas freinée par la capacité financière limitée des municipalités. On prévoit que les décisions finales au sujet de la conception de la phase 2 seront prises d’ici le dépôt du budget 2017.

Dans son énoncé économique de l’automne, le gouvernement fédéral a prévu l’affectation de 2 milliards de dollars pour répondre aux besoins en infrastructures des collectivités rurales et nordiques, donnant ainsi suite à une recommandation urgente de la FCM. M. Desjardins a indiqué qu’il s’agissait là d’un signe que le gouvernement fédéral est à l’écoute. En plus des affectations à long terme, la FCM demande la mise en place de mécanismes de partage des coûts plus équitables et des investissements importants dans le logement social et le logement abordable. On prévoit que les décisions finales au sujet de la conception de la phase 2 seront prises d’ici le dépôt du budget 2017.

Avec ses 2 000 membres, la Fédération canadienne des municipalités représente plus de 90 % de la population du Canada. Luc Desjardins est membre du conseil d’administration de la FCM.

À propos de l’AFMNB
L’AFMNB regroupe 53 municipalités francophones et bilingues, réparties dans cinq grandes régions qui s’étendent du nord-ouest au sud-est de la province. Nos municipalités membres représentent près de 300 000 personnes, soit plus du tiers de la population du Nouveau-Brunswick.

-30-

Renseignements :
Frédérick Dion, directeur général
AFMNB
(506) 542-2622
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Partenaires

Partenaire PRIVILÉGIÉ

Roy Consultants

Partenaires gouvernementaux

canada   NB  FCM logo colour  SAIC COUL